Intermezzos lyriques


Christoph Prégardien ténor
Mareike Schellenberger mezzo-soprano
Michael Wendeberg pianiste


Robert Schumann (1810 – 1856) « Dichterliebe » op.48 (1840)
Oscar Strasnoy • “Heine“ - création


• Wir haben viel füreinander gefühlt
I - « Im wunderschönen Monat Mai »
• Du liebst mich nicht
II - « Aus meinen Tränen sprießen » III - « Die Rose, die Lilie, die Taube, die Sonne »
• Die Welt ist dumm
• Es stehen unbeweglich

IV - « Wenn ich in deine Augen seh »
• Auf Flügeln des Gesanges
V - « Ich will meine Seele tauchen » VI - « Im Rhein, im heiligen Strome »
• Ja, Du bist elend
VII - « Ich grolle nicht » VIII - « Und wüssten's die Blumen, die kleinen »
• Warum
IX - « Das ist ein Flöten und Geigen » X - « Hör' ich das Liedchen klingen »
• Die Linde blühte
XI - « Ein Jüngling liebt ein Mädchen » XII - « Am leuchtenden Sommermorgen »
• Lotusblume
XIII - « Ich hab im Traum geweinet » XIV - « Allnächtlich’ im Traume »
• So hast Du ganz und gar vergessen
XV - « Aus alten Märchen winkt es » XVI - « Die alten, bösen Lieder »


SoundCloud Audio Player
SoundCloud Player

L'homme qui a le mieux compris et pratiqué l'esthétique du fragment (avant Webern), c'est peut-être Schumann ; il appelait le fragment "intermezzo" : il a multiplié dans ses oeuvres les intermezzi ; tout ce qu'il produisait était finalement intercalé ; mais entre quoi et quoi ? Que veut dire une suite pure d'interruptions ?
R. BARTHES, Roland Barthes. p.98

Intermezzos lyriques

Stacks Image 219

Ce projet est né d'une vive et ancienne volonté de rendre un hommage contemporain à Robert Schumann. L'occasion nous en est offerte par le bicentenaire, en 2010, de sa naissance.

Ce qui frappe chez Schumann, c’est son art du "silence", du fragment. Que se passe-t-il "entre" la musique ? Comment découvre-t-elle ainsi les contrées secrètes de notre individu ? Pourquoi, à l’écouter, nous ne pouvons y échapper, identifier notre trouble. Pourquoi restons-nous stupéfaits ?

La « Dichterliebe », nous est apparue propice à cette exploration.

Le « Lyrisches Intermezzo » de Heinrich Heine offre un terreau fertile à la composition musicale : écriture simple et incisive, émotion distanciée, ironie et amertume, auto-dérision ; lyrisme bien sûr, mais avec toujours un possible « retournement ».

Oscar Strasnoy, au travers de ses oeuvres, montre une sensibilité et un talent particuliers, une prédisposition, à ce travail (nous pensons en particulier à ses lieder et à sa cantate « Hochzeitsvorbereitungen (mit B und K) »). Nous lui avons demandé de se glisser dans les « silences » laissés par la musique de Schumann. De nous conduire, en « contrepoint », au coeur de cette tourmente. D’y dessiner ses propres Intermezzos à partir des textes de Heine. Christoph Prégardien, mondialement salué comme l’un des très grands interprètes du lied, sera entouré de deux artistes de haut talent dont le parcours témoigne de l’attachement tant à ce répertoire qu’à la musique contemporaine : la mezzo-soprano Mareike Schellenberger et le pianiste Michael Wendeberg.

Daniel Sultan
Artis Diffusion


SoundCloud Audio Player
SoundCloud Player