Vers le ciel pâle…

Sigfrid Karg –Ehlert (1877-1933) An mein Kind (Drei Gedichte) op. 40
I. Schlafe mein Kind
II. Mein Kindchen ist fein
III. Träume


lecture : Imre Kertez (*1929) Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas (1)

Francis Poulenc (1899-1963) Trois chansons pour enfants


      Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas (2)

      Alban Berg (1885-1935) Zwei Lieder 1900/1925
      (Schliesse mir die Augen beide)
      Sigfrid Karg-Ehlert An Dich

      Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas (3)

      Graciane Finzi (*1945) Kaddish
      (pour piano, mezzo-soprano et violoncelle)

      Gustav Mahler (1860-1911) Kindertotenlieder
      I. Nun will die Sonn’ so hell aufgehn’
      II. Nun seh ich wohl, warum so dunkle Flammen
      III. Wenn dein Mütterlein
      VI. Oft denk’ ich, sie sind nur ausgegangen
      V. In diesem Wetter

      Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas (4)


      Maurice Ravel (1875-1937) Deux mélodies hébraïques
      I. Kaddish
      II. L’Enigme Eternelle



      Vers le ciel pâle…

      Vers le ciel pâle

      Depuis huit ans circule en Allemagne "le train de la mémoire", en commémoration des enfants juifs déportés.
      Dans ce cadre, Mareike Schellenberger a concrétisé par ce programme, une volonté déjà ancienne de se confronter à l'histoire de son pays et de contribuer par son art à donner voix aux souffrances des disparus et à celles de leurs proches.
      Son récital a inauguré, dans le Palatinat, une série de manifestations organisées pour le passage de ce train. L'exposition qu'il présente s'attache à montrer des destins individuels. De même, les œuvres musicales, dans leur succession, jettent la lumière sur des moments ou des scènes qu'auraient pu vivre ces enfants et leurs parents.
      • Les Lieder de Karg-Elert célèbrent le tout petit enfant. Berceuses, amour des parents. Douceur de l'aube.
      • Les trois chansons de Poulenc pourrait être "le jour avant". Les jeux des enfants sont vifs et lumineux. Pourtant "la chose", inimaginable, est déjà là, dans l'ombre.
      • "Schliesse mir die Augen beide" (Berg et Karg-Elert). La nuit gagne. Trois versions musicales très différentes, rassurantes ou agitées, sur l'approche du sommeil, frère de la mort.
      • Dans le Kaddish de Graciane Finzi, la mort a fait son œuvre. Prière pour les âmes.
      • Les Kindertotenlieder (Mahler) sont le cœur de ce programme. Immense lamento sur la perte des enfants.
      • Deux mélodies hébraïques de Ravel clôturent cet acte mémorial.
      Le Kaddish des "endeuillés", souvent pensé comme une prière pour les morts, s'adresse en fait aux vivants. La communauté des hommes entoure ceux dont la douleur est insupportable pour les inciter à vivre.
      Existe-t-il une réponse sur "L'énigme éternelle" ?


      Scandant ce récital, le "Kaddish pour l'enfant qui ne naîtra pas" d'Imre Kertész est la parole de ceux qui ont vécu et survécu à la Shoah.